Coffee

Coffea spp.

Après le pétrole, le café est le deuxième produit de base le plus échangé au monde. Tous les jours, plus de 2,25 milliards de tasses de café sont consommées dans le monde. Le Brésil, le Vietnam, la Colombie, l'Indonésie et l'Éthiopie sont les cinq premiers producteurs de café. Les pays exportateurs de café consomment près de 30 % de la production totale, le reste étant consommé par les pays importateurs. Deux espèces du genre Coffea sont principalement cultivées : C. arabica (ou café Arabica) et C. canephora (café Robusta). La première est cultivée en Amérique centrale et du Sud, en Afrique centrale et orientale, en Asie du Sud et du Sud-Est ; la seconde est cultivée au Brésil, en Afrique de l'Ouest, à Madagascar et au Vietnam. Environ 64 % du café produit à travers le monde entier est de type Arabica. D'autres espèces du genre Coffea sont cultivées à plus petite échelle, notamment C. liberica, C. dewevrei et C. stenophylla. Le café est une source importante de revenus pour plus de 25 millions de familles dans le monde entier. Grâce à sa valeur, il joue un rôle essentiel pour l'économie de nombreux pays.

C. arabica est un hybride entre C. canephora et C. eugenioides. Le café Arabica est originaire des forêts humides du sud de l'Éthiopie, du Soudan du Sud et probablement du Kenya. Il s'agit d'une culture relativement récente. Les traces les plus anciennes appuyant son utilisation remontent à 1 500 ans. Le café a vraisemblablement été extrait d'Afrique pour rejoindre le Yémen au VIe siècle. On attribue à Marco Polo l'introduction du café à Venise, depuis Mocha (au Yémen), aux environs de 1270. En 1616, un groupe de jardiniers hollandais a commencé à cultiver du café au jardin botanique de Leiden aux Pays-Bas. Ils ont ensuite introduit la plante à Malabar (Inde) et à Batavia (désormais, Indonésie). En 1720, un Français a planté un seul caféier en Martinique et a ensuite répandu la plante aux Antilles, en Amérique centrale et du Sud et au Sri Lanka.

C. canephora est originaire des forêts d'Afrique tropicale, notamment des régions du Cameroun jusqu'au nord de la Tanzanie. Sa culture remonte à la fin du XIXe siècle, et la plante n'a pas encore été exposée à un goulot d'étranglement génétique comme l'Arabica. Par conséquent, cette espèce présente une plus grande diversité génétique et constitue une source importante de traits pour la sélection des cafés Robusta et Arabica.

La stratégie mondiale de conservation des ressources génétiques du café a récemment identifié 21 026 accessions de café réparties à travers plusieurs collections détenues par des banques de gènes. Près de 60 % des accessions identifiées sont des espèces C. arabica, 3 % sont des espèces C. canephora et les 37 % restant, d'autres espèces du genre Coffea. Les banques de gènes africaines concentrent leurs efforts de conservation sur des matériaux sauvages, tandis que les banques de gènes latino-américaines mettent l'accent sur les matériaux de sélection. Genesys propose des informations sur les accessions de café détenues au centre CATIE (Centro Agronómico Tropical de Investigación y Enseñanza), le seul à détenir des matériaux disponibles en vertu de l'Article 15 du Traité international sur les ressources phytogénétiques.

Informations générales

Taille des collections en banques de gènes

Autres noms acceptés

coffee